Blog

Déductions fiscales : s’abstenir. À moins que…

Optimisation. Seuls les contribuables qui percevront des revenus exceptionnels en 2018 pourront en profiter.

Avec l’année blanche fiscale, les contribuables auront tout intérêt à ne pas alimenter leur contrat de retraite PERP ou loi Madelin au risque d’investir sans en tirer un avantage sur leur feuille d’impôt.

L’année blanche n’aura pas de répercussion sur les dépenses et investissements qui ouvrent droit à une réduction d’impôt Cf. ma précédente newsletter.

Perp et retraite Madelin : un mécanisme très peu avantageux

C’est en octobre 2019 que les réductions seront actées sur les feuilles d’impôt.
Cependant, il en ira autrement des opérations de défiscalisation qui ouvrent droit à une déduction des revenus imposables comme l’épargne retraite. En 2018, ces déductions n’auront que peu ou pas d’impact pour les contribuables qui ne reçoivent que des revenus ordinaires. Ils ne pourront s’imputer que sur des revenus exceptionnels.

De ce fait, seules les personnes enregistrant une prime exceptionnelle, des indemnités de rupture, des primes d’intéressement ou de participation (si elles sont encaissées), des plus-values mobilières ou immobilières, par exemple, pourront faire jouer ces déductions, sachant toutefois que les revenus exceptionnels seront taxés au taux moyen d’imposition du contribuable et non, comme par le passé, en fonction de sa tranche marginale d’imposition.

Pour l’épargne retraite investie dans un plan d’épargne retraite populaire Perp ou loi Madelin, le législateur a retenu un mécanisme très peu avantageux. Les cotisations versées en 2018 n’auront pas d’intérêt fiscal, sauf, là encore, perception de revenus exceptionnels. Celles de 2019 ne seront déductibles qu’à hauteur de la moyenne des primes versées en 2018 et 2019, mais sous condition. Il faudra en effet qu’elles soient supérieures à celles versées en 2018, elles-mêmes inférieures à celles de 2017. Une partie de l’avantage fiscal aura, de ce fait, disparu.

Notons toutefois que si vous êtes profession libérale, réduire le montant de ces versements augmente alors le revenu imposable et risque de générer un revenu exceptionnel taxable si le revenu total imposable est supérieur au plus haut des 3 dernières années.

Enfin, si vous êtes redevables de l’ISF, maintenez les versements sur votre contrat Madelin afin de ne pas remettre en cause l’exonération de la rente au dénouement du contrat.

Mieux vaut donc s’abstenir de tout versement dans les produits de retraite en 2018, voire en 2019 mis à part cas exceptionnels et reporter les prochaines cotisations à 2020. Une solution qui pourrait ne pas être pénalisante puisqu’il sera alors possible d’utiliser le plafond de déduction non utilisé durant les trois années précédentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer